Les systèmes d’automatisation des expériences scientifiques

Le système de réalisation d’expériences physiologiques (L`Institut de Sechenov)

Au cours de l’expérience, l’animal effectue une séquence complexe de manipulations avec le panneau avant lui. Le système enregistre l’activité cérébrale et les actions de l’animal en contrôlant le cours de l’expérience. La première version du système est conçue pour fonctionner avec des singes, la seconde est adaptée aux rats. Le travail se déroule en trois étapes.

À la première étape, les laboratoires apprennent l’animal, pour cela l’expérimentateur a besoin d’un contrôle complet de tous les éléments du système.

L`étape prochaine est l’expérience elle-même. Dans ce cas, les actions de l’installation doivent être synchronisées avec précision, donc les manipulations sur les éléments de l’installation sont effectuées automatiquement. Toutes les données enregistrées sont écrites dans un fichier pour une analyse ultérieure.

La troisième étape est l’analyse de données. Lors du prétraitement du signal les pointes sont filtrées selon le masque spécifié par l’utilisateur. À la sortie, l’expérimentateur reçoit un fichier dans lequel il existe une forte probabilité de contenir des données d’un seul neurone. Ces données “propres” vous permettent de mener des recherches sur les processus qui se produisent dans le cerveau pendant la formation et la prise de décision.

L`équipement: le contrôleur cFP et la carte PCI (National Instruments).

Le calcul des résultats de la pulvérisation de la substance à travers le masque

Le programme calcule le résultat de la pulvérisation de la substance à travers un masque en forme de S. Les paramètres du masque et de l’émetteur sont définis dans la première étape. La précision requise est également donnée.

Ensuite, le programme calcule le résultat de la pulvérisation et l’affiche sous la forme d’un graphique tridimensionnel, où la hauteur est en outre indiquée par une couleur pour faciliter la perception des résultats.

L`automatisation de l’expérience optique (l`Université de Fribourg, Allemagne)

Le système contrôle le cours d’une expérience optique complexe. La durée d’une expérience est de plusieurs jours à plusieurs mois. Les éléments d’installation contrôlés: la table rotative avec photodétecteur y monté, plusieurs portes mécaniques à deux points (ouvert / fermé) et une porte à 4 positions, le photodétecteur avec volet électronique, le chauffage de l’échantillon d’essai.

En préparation de l’expérience, le système en mode semi-automatique réalise le recherche de la position de deux faisceaux à laser, après quoi le photodétecteur est placé dans l’un des faisceaux.

Au cours de l’expérience, il est nécessaire de maintenir la température de l’échantillon à ± 0,5 degré de la valeur définie. Le contrôleur PID du programme contrôle le réchauffeur externe.

Au cours de l’expérience, il est nécessaire de compter les indications croissant progressivement du photodétecteur à travers des intervalles de temps donnés. Au début de l’expérience, la pause entre les mesures peut être de plusieurs dizaines de millisecondes, à la fin de l’expérience, elle peut atteindre plusieurs jours et même des semaines, il est nécessaire de garder la précision de milliseconde des intervalles de temps. Out ce temps, l’installation devrait fonctionner en continu en maintenant une température d’échantillon stable et en enregistrant les données reçues du photodétecteur.

L`équipement du système: le panier cDAQ (National Instruments) avec des modules d’entrée / sortie analogiques et discrets, le photodétecteur électronique, le module rotatif OWIS avec la porte à 4 positions, la table rotative ThorLabs pour le déplacement du photodétecteur.

La machine pour l’analyse structurelle et statistique des produits informatiques

Le programme est conçu pour “la dissection” les textes aux fins de l’analyse statistique et structurelle.

Le programme a mis en place plusieurs centaines des commandes. La particularité du projet est qu’une partie des commandes l’utilisateur construit tout de suite, une autre série de commandes le programme construit de manière indépendante en fonction des résultats de son travail. Ainsi, la machine a la capacité de s’apprendre elle-même.

Dans le processus de travail, le programme «apprend» progressivement des parties du mot, des parties du discours, sélectionner des synonymes pour les mots.

Le projet est à la jonction de la linguistique, de la statistique, de la cryptographie et des traductions automatiques.